assumer: op zich nemen. circonscription (f): kiesdistrict.
...

assumer: op zich nemen. circonscription (f): kiesdistrict. déballage (m): uitstalling, uitpakking. dévastateur: verwoestend. guetter: bedreigen. poulain (m): (fig) beschermeling. pourri: rot, verdorven. referendum (m): de volksraadpleging van 29 mei gaat over de Europese Grondwet. se ressourcer: zich herbronnen. Les révélations du Canard enchaîné sur le loyer de 14.000 euros par mois à charge de l'Etat pour l'appartement de fonction du ministre Hervé Gaymard ont produit un effet dévastateur dans l'opinion publique. D'autant plus que le grand déballage a continué avec la publication dans Libération de la liste du patrimoine immobilier du ministre des Finances qui venait de déclarer dans une interview: "J'ai toujours vécu humblement; je n'ai pas de fric. Si j'étais un grand bourgeois, je n'aurais probablement pas de problèmes de logement. Je serais propriétaire de mon appartement. " On connaît la suite: le poulain fidèle et talentueux de Jacques Chirac a démissionné et est parti se ressourcer dans sa circonscription du côté de Bourg-Saint-Maurice. Sur le terrain les élus de gauche comme de droite n'entendaient plus parler que de ça. Toute la classe politique -même l'opposition qui a intérêt à ne pas trop fouiller le passé - s'est trouvée embarrassée par ce nouveau discrédit qui ne peut faire que le jeu des extrêmes. Un élu gémissait: "C'est le retour du ' tous pourris' qui nous guette." Les Français se rappelaient avec nostalgie l'attitude du général de Gaulle qui payait de sa poche l'électricité qu'il consommait à l'Elysée. Mais l'atmosphère lourde, qui menaçait de peser sur le referendum, s'est sensiblement détendue avec la nomination de Thierry Breton, le brillant patron de France Télécom, en remplacement d'Hervé Gaymard. Il faut savoir que le même Thierry Breton avait refusé le poste ministériel il y a quatre mois à peine. Et l'opinion se souvient parfaitement du motif de ce refus. L'intéressé pouvait difficilement accepter une baisse de salaire de 900.000 à 140.000 euros. Qui aurait pu lui donner tort? Aujourd'hui, Thierry Breton assume quand même la lourde tâche de ministre des Finances, malgré le fait de 'voir ses revenus divisés par dix', comme quelqu'un l'a écrit en arrondissant quelque peu. Quel idéalisme au service de la nation! Et quelle réhabilitation de l'image des politiciens auprès des Français...