Le sujet n'est pas nouveau. Dans cette rubrique nous l'avons traité à plusieurs reprises. En période estivale, bien entendu.
...

Le sujet n'est pas nouveau. Dans cette rubrique nous l'avons traité à plusieurs reprises. En période estivale, bien entendu. Début 2006, en plein hiver, le manque d'eau potable pour l'été prochain est déjà une préoccupation qui prend une tournure obsessionnelle et que les médias commentent, chaque jour ou presque. L'été 2005 a été traumatisant: on a compté en France jusqu'à 3800 km de cours d'eau à sec et les trois quarts des départements ont dû limiter la consommation d'eau. Début novembre, des mesures de restriction assez sévères restaient en vigueur dans 29 départements. Aujourd'hui même la situation de crise perdure dans six départements, tous situés à l'ouest (Poitou-Charentes et Pays de la Loire). Il ne fait aucun doute qu'en 2006 les mesures, souvent renforcées, seront reconduites pour éviter des coupures d'eau potable. Au-delà des dispositions locales, la Ministre responsable prépare un plan structuré dont la priorité absolue sera d'assurer à long terme l'alimentation en eau potable. Des campagnes permanentes de sensibilisation inciteront à ne pas gaspiller l'eau. Des expériences de ce genre menées en 2005, comme à Belle-Île en Bretagne, montrent que des économies de 20 % peuvent être réalisées. On espère davantage encore d'une mesure qui touche directement le portefeuille. Désormais tous les appartements neufs devront être équipés d'un compteur d'eau individuel de façon à responsabiliser chacun en lui faisant payer au prix fort ce qu'il consomme lui-même. Ceci n'est pas le cas avec le compteur collectif pour toute la co-propriété, une pratique fréquente dans les anciens immeubles. On va mettre au point des chartes de bonne conduite avec les gros consommateurs: certains secteurs industriels, les centrales nucléaires (le refroidissement), les golfs aussi et surtout l'agriculture qui consomme 80 % de l'eau en plein été. Au moment où la situation devient vraiment critique, les volumes d'eau autorisés seront réduits et les agriculteurs se verront indemnisés pour la perte de rendement. Enfin, la récupération des eaux de pluie et l'épuration des eaux usées seront stimulées au maximum sur le plan fiscal. Quant à dessaler l'eau de mer, l'idée refait surface, sans trop y croire, puisque les tentatives menées jusqu'à présent dans le monde n'ont pas vraiment donné satisfaction. n dessaler: ontzilten. épuration (f): zuivering. estival: zomers. immeuble (m): flatgebouw. indemnisé: vergoed. restriction (f): beperking.